C’est un scandale…!

.Certes je suis un vieux con, et je le revendique.
Désolé, jeunes gens, mais il y à quinze ans, vingt ans, Ces mots résonnaient.
, Un certain Georges Marchais Secrétaire du PCF de l’époque aimait comme les journalistes vitupérer et caractériser les faits de son époque.
Maintenant jeunes, maintenant les anciens, les affaires pleuvent, les faits de sociétés inondent notre sphère médiatique, bien pauvre d’ailleurs et seulement, toujours si un, des lanceurs d’alertes à corps défendant « balance » quelques affaires d’argent.
Hier : Panama papers, aujourd’hui : Paradise papers, bref l’argent sale, ce papier mal ou trop bien placé qui échappe aux fisc et mettent nos peuples en périls.
Trois petits tours de médias et l’actualité passe…. .Un jour nouveau, Demain ce sera quelle appellation, le principe reste le même, les profits aussi rassurez vous !
Et nos hommes politiques jurant mais un peu tard qu’on ne les y reprendrais plus.
Ben Oui, bien sur, craché juré, si j ment je vais en enfer….
Dormez sur vos deux oreilles, et en paix chers capitalistes, Un journaliste passe, trois petits tours et puis s’en va….
Alors vous aviez dit c’est un scandale…..Il paraît que c’est ça l’Europe…Alors..

G.B.

Publicités

Leur primaire ?

Eh oui, ils essaient de remobiliser les forces.

Bien sûr ils tentent une reprise en main de l’opinion.

Forcément ils voudraient continuer d’exister.

Bravo François Hollande, il aura réussi à saborder le P S.

Un autre François, Mitterrand avait en son temps phagocyté et réduit cette force progressiste du Parti communiste qui en 1920, lors du congrès de Tours avait fait scission et structuré cette gauche en deux entités clivantes.

L’une révolutionnaire, l’autre réformiste.

Les communistes, perdus dans leurs contradictions, ayant rejetés le concept révolutionnaire, et laminés par leur soutien à Mitterrand, ont perdu crédit, ont oublié une vision d’avenir, un pouvoir populaire.

Aujourd’hui, d’autres forces viennent. Relever le flambeau d’un nouvel élan populaire, relever le défi s’un changement radical.

Un autre avenir pour les peuples et les habitants de notre planète est possible.

On peut et l’on doit sortir de cet enfer Capitaliste qui enchérit toujours plus une poignée en réduisant à la misère une majorité.

Nous pouvons reprendre en main notre avenir, nous pouvons retrouver avec notre dignité, et un avenir d’humains, de partage. De vraies valeurs.

Demain nous arrêterons les gâchis qui mènent notre planète à sa ruine.

Nous reprendrons le contrôle des richesses de notre terre.

Allez peuple debout, levons haut le drapeau de la France Insoumise.

Ҩ.

Alors leur primaire on s’en fout.

 

 

Ce à quoi je m’engage.

Voilà, Mesdames, Messieurs vous l’aurez compris en cette période de vœux, chacun y va de ses bons mots de ses prédictions de ses élucubrations, de sa volonté farouche à vous apporter tout ce que vous ne cherchez plus, bonheur, amour, bref déjà le ciel et les bénéfices de leur religion.

Fadaise, de monts et merveilles, bref ils se font plaisir pour vous faire croire que tout ira bien.

Bref, si tout n’est pas rose, d’aucuns prétendront changer notre vie.

Personnellement je choisirais qu’elle ne changeât pas trop.

Certes, mon petit confort, doublé de ma tranquillité d’existence font que je ne prétends à rien autre. Au mieux une légère augmentation de mon pouvoir d’achat quelque peu érodé depuis trois ans ; période de disette et de restrictions budgétaires. Enfin pour le peuple, les nantis pour eux ça baigne.

Pendant ce triénat mon boulanger s’est augmenté de 20 %, à moins que ce ne soit son grand moulin bref ! idem pour le gaz et l’électricité. Ils nous ont obligé de changer la télé, les ampoules de nos lampes, oh, nous aurions pu choisir de revenir à la bougie.

Je sais l’Afrique peine à s’équiper. Pour nos marchands la rentabilité immédiate n’étant pas assuré, ils ne se précipitent pas sur ce marché.

Coté de nos dirigeants, ceux des grandes entreprises ont vu leur rémunération multipliée par 600. C’est petit mesquin, il paraît qu’ils n’arrivent pas à la cheville des ceux-ce des Stats : Alors, hein!  bien sûr.

Le chômage augmenté de 150 %.

Le prix des transports à bien dû croître de 12%.

Dans quel monde vivons-nous, on se le demande ?

Bon cela dit les promesses pleuvent, en cette année électorale ce sera ceinture et bretelles pour les uns ; Et lâché du leste pour d’autres.

Je ne crois plus en eux ils ont prouvé leur piètre utilité que seul les patrons reconnaissent.

De baisses de charges en crédit d’impôts en cadeaux en tout genre.  Merci patron.

Or donc nous pauvres péquins, tous ces sans dents, ou pus la sueur, minables. Nous qui osons prétendre à nos RTT ; Nous qui sommes dirigés à coup de 49,3 ( c’est la température dans l’hémicycle, et la note de nos dirigeants)

Nous rebelles avec pour seul pouvoir le pavé de la rue. Certes, le boycott existe, et est une arme redoutable, mais nos petites gens préfèrent le crédit, éducation et publicité, et système bancaires oblige ; Les salauds ils vous ont bien travaillés.

Nous gens ordinaires sans avenir, même si l’on nous bassine avec l’évolution de notre longévité, voilà de la belle ouvrage, quelle chance, nous vivrons tristes, seul, chômeur,  mais plus longtemps.

Bravo la vie.

Pourtant, que surtout qu’ils ne touchent plus à Notre SECU, à nos retraites.

Bon pour ça je ne vous donne pas la solution, simplement, ouvrons les yeux, nettoyons nos oreilles.

Ne vous en laissez plus compter par la télé, et ces médias ; Enfin les grands pontifes ; qui irradient nos cerveaux de leur venin.

Partageons l’avenir en commun, offrons-nous ce luxe.

Et bien sûr,  j’ose croire encore qu’une autre voie est possible, que la gauche elle existe, que le peuple peut changer la vie, notre vie ; Offrons-nous nos envies. France insoumise et peuple souverain ; Allez debout.

G.B.

N.B : Les chiffres donnés ne le  sont qu’approximatif, je ne suis pas économiste. Et l’insee calcule autrement.

Une grève pourquoi ?

Une grève pourquoi ?

C’est honteux et scandaleux la manière avec laquelle les Medias traitent les grévistes et particulièrement leur organisation syndicale de lutte de classe qu’est la C.G.T.

Des travailleurs dignes, responsables, et qui rappelons-le, perdent chaque jours des centaines d’euros.

J’ai honte pour notre démocratie et ses rouages qui sont à la botte du pouvoir et du grand patronat.

Je ne supporte plus « ces médias médiocres », ces journalistes courroies de transmission du pouvoir et du grand capital.

Le peuple soutient les grévistes, oui il rejette massivement la loi El Khomeri.

Une loi qui fait encore reculer le droit du travail,  tout cela à la demande de l’Union Européenne, qui prétend à niveler par le bas les acquis des salariés.

Les salariés luttent de toute leur énergie pour, faire retirer cette loi.

Et que dire d’une coupe de foot mise en danger, alors que tant de vies d’avenir sont en jeu.

Il faut boycotter ces conneries, médias et joueurs millionnaire qui courent derrière une baballe.

Il faut assurer un vrai pouvoir aux travailleurs, aux salariés, aux citoyens.

Les jeux défouloirs de nos jeunes, ces jeux miroir aux alouettes qui réduisent les esprits au lieu de les  grandir et de les ouvrir.

Il faut une éducation solide et une vraie culture générale, voilà qui sauvera et assurera l’avenir de nos enfants, et que l’on ne nous égare pas avec leurs écoles cultuelles, créant la zizanie et la confusion.

 

L’école doit rester :  Voir redevenir laïque et porteuse de valeurs, et d’avenir.

Le sport doit être un jeu et un entretien physique.

Et les journalistes plus critiques et plus vertueux.

 

G.B.

Coucou, me revoilà !

Alors, ça bouge, je crée, je découvre, j’invente, je peaufine.

De sites en site, de lieux en espaces, tel la taupe, souterraine, je creuse, je fouille, j’évacue.

Petit scribouillard, je joue, avec les mots, comme avec mes lieux.

Je veux, paraître comme ces livres qui s’affichent en vitrine des librairies, toujours en quête de lecteur.

En plus je ne prétends pas me vendre, je me donne.

Je vous offre, un autre regard, sorti des sentiers battus, de nos média-crotte ; Distilleur d’ennui.

Aussi, courageux lecteurs, merci, et bravo de m’accompagner, de m’encourager, de me soutenir..

A suivre, à vous revoir.

G.B.