Carte postale.

( Le 27 juillet 2014 je vous adressais cette carte postale, Mon passé deviendra demain mon nouveau présent, Je vais retrouver  ces lieux, me ressourcer prés des flots Loire, Et y couler tranquille mon reste de vie. )………….Je ne vous ai pas abandonné, simplement pour quelque temps j’ai délaissé, mes bords de Marne, ses coulées verdoyantes, ses frais ombrages, ses longues traversées souvent savamment aménagées ; les cygnes, canards ou poules d’eau piaffent, glissent et s’ébrouent signifiant leur prédominance en ces lieux, et en totale liberté, il n’est pas rare de croiser des familles entières, deux parents protégeant une suite de petits. La nature à ses lois, à ses droits.

Ces pistes partagées en même temps par des cyclistes, en mal de vitesse, de chrono, joggeurs ou simples promeneurs en famille, ou traînant quelque chien la langue bien pendante.

Comme ses chemins qui mènent toujours vers un bord de l’eau, voir d’une autre eau  ; Comme ce chapelet de lacs ou étangs.

Ces bases, nautiques abritent des centaines d’espèces d’oiseaux, et ces étendues liquide constellées d’êtres vivants, éternel mouvement changeant, au gré du temps, au gré des vents, miroir qui assombri, ou s’éclaire du ciel.

Cette rivière au repos, coulant tranquille laissant voir dans son peu de profondeur ; ses fonds de roches et d ‘algues, toute transparence ; Des poissons passent sous le regard.

La nature toute simple, parfois arrangée mettant en valeur ses herbes aquatiques aux fleurs chatoyantes, les violets se sèment de jaune, étrange complicité d’un milieu si bien organisé.

Certes l’homme n’y est pas pour rien, cherchant à cadrer, à canaliser, des débordements que dame nature sait improviser.

J’ai momentanément délaissé nos citées dortoir, de ceux qui pour mieux nous loger, se sont éloigné ; RER Grande banlieue, portant une demi heure de ce cœur capitale, de ces halles châtelets. Que tant de gens traversent, lieu de passage, gain ou perte de temps, car pour nos Parisiens il n’y à que cela qui compte.

Une demi-heure pour avoir la tête dans les étoiles, les pieds dans la verdure, et les oreilles au repos.

Et nos poumons qui se lâchent retrouvant un peu de cet air qui hume l’herbe fraîche. Paris banlieue, même combat, ou plutôt, s’ils courent en ville, pressés, oppressés, ils rentrent dormir, reposer leurs membres, leur cerveau.

Se vider pour se reconstruire ; pour étrange enfer du quotidien, et leur week-end sera comme cette banlieue, moment de détente, lâcher prise, oublier l’ordinaire, ils n’hésitent alors pas à se payer des heures de voiture, pour s’éloigner encore ; fuir toujours.

Donc pour raisons de vacances ; j’ai délaissé mon coin, et ma niche, et quelque deux heures et demi plus loin, sous un même ciel aquatique, chargé chape de plomb, couverture jetée comme pour cacher la tristesse du monde.

J’ai pourtant traversé la Loire, là ou les présentateurs météo, estiment la température sensiblement supérieur. Cette limite nord, sud, trait d’union comme de désunions, symbole d’une France coupée en deux.

Cette Loire avec ses longues langues de sable, qui se remplit aussi vite quelle se vide, mais dont les hauts murs la bordant montrent que cette grande dame peut avoir de terribles colères, et qu’il vaut mieux protéger ses alentours que, de lui laisser libre court.

Ce fleuve encore qui donne à ses vins de Loire ce coté léger, pourtant confortable, parfumé comme ce Vouvray, comme chargé des craies de ses falaises qui se jettent dans cette eau Loire..

Vin de tendresse, de fraîcheur, et petit moment d’extase. J’ai changé mon courant pour d’autres files de l’eau, pour cette démesure Loire, et gloire. J’apprécie ses largesses, mais m’inquiète de ne pouvoir joindre l’autre rive… Il faut dire que pour la traverser, des ponts existent, monstre de béton, de ferraille et de bruit ; Des trains de camions y défilent en permanence.

Autoroute A 10, finie nos routes, toile d’araignée desservant les moindres hameaux, ceux-ci disparus pour cause de modernité, pour raisons, au service des grandes villes ; Par déraison des hommes privilégiant la vitesse, et le temps gagné, au temps de vie, à ces moments précieux ou l’on retrouve la nature, aussi on ne traverse pas la Loire ou à bon escient, il faut de bonnes raisons, y être invité, convié.

Mais on la longe pour aller de châteaux en demeures princières.

De jardin ; en parc, la Loire d’un autre siècle ou l’on comprend le temps des calèches, celui qui n’avait encore rien à voir avec l’argent.

Et la ville accueille mes errements. Forte et confiante Tours se préserve surtout de ce fleuve dormant derrière de longs et terribles murs.

La vieille ville préserve ses secrets, cache des remparts, honore un Cèdres plusieurs fois centenaire, et dont les soutiens, étaies comme des échasses, l’aident à se tenir encore debout.

Et toutes ses ruelles pavées de lourdes pierres noirs, pour déboucher enfin au pied de cette cathédrale, monument gothique flamboyant, je dirais même exubérant, c’est comme une dentelle, trop chargée, lourde et pourtant pleine de finesse.

La grandeur dédiée.

Histoire d’un passé, comme un diadème posé sur la ville.

Voilà ou je me suis échappé, comme réfugié, privilégié j’arpente d’autres cieux ; d’autres lieux.

Souvenirs, amitiés.

Merci, bisous, merci.

 

 

G.B.

 

 

Tu ne seras pas un homme mon fils !

La laïcité devrait être le terreau de la démocratie.
Ou quand celui-ci ne laisse plus pousser que ruines et misères.
Quand nos perspectives; L’état raquette, ou l’état prison.
Ou l’état de déliquescence, combines et exclusion.
Quand l’avenir, se restreint à leur télé réalité,
Vous réduisant à ces pires jeux de rôles.
Quand votre rêve Internet, défie les consciences,
Et, impose le virtuel au-delà des valeurs.
Le temps de devenir sans avenir, celui des lendemains incertains.
Quand vos certitudes oppriment les rêves.
Que votre CAC 40 nous transforme en misère.
Et tout votre argent roi, aux dépens des valeurs.
Quand la terre appauvrie ne nourrit plus son homme.
Et vos usines à bestiaux, dénient au temps son savoir-faire.
Quand l’eau des mers et des rivières coule,
Bayer ; Nitrate, pesticides et déchets.
Quand la jeunesse crie son désarroi.
Et que le rêve se shoot, cannabis d’avenir.
Ou que caricature, la rébellion se termine en privation.
Quand vous prétendez la hauteur, en rabaissant les peuples.
Alors que vos banques se servent,et viennent vider nos poches
Alors que nous, on trime, sue ; Crève misère.
Ou défilent rejet, potion magique Pôle emploi.
Que pourtant même les élus filent mauvais coton.
Quand plus fort, les écoles distillent l’exclusion.
Et ne sèment qu’incompréhensions,
Quand vos médias, neutralisent l’opinion.
Et en plus soumission. Paroles de sondeurs.
Quand nos cerveaux sont vidés, nos idées rétrécies.
Que vos dieux imposeront leurs lois.
Quand on bétonne, on bitume les terres.
Tout en faisant pousser l’herbe sur les toits.

Alors des prêcheurs disposeront de toi.
Tant que tu ne seras pas éduqué, conquérant et honnête.
Tu ne seras pas un homme mon fils.

G.B.

N B . Ceci est un pastiche du célèbre poème de Rudyard kipling
« Tu seras un homme mon fils. »

Désir d’oubli.

Désir d’oubli, l’ombre s’estompe,
Pensées vagabondes, qui s’agitent
.Le temps pourtant souffle ses braises,
Le vent de nos tempêtes
Emporte les parfums de notre histoire.
Ton image hypnotise mes rêves.
Ton absence comme ironique présence.
Toi cet astre qui brillait dans ma vie.
Etoile filante, ou simple nébuleuse ;
Tu m’as jeté néant, comme au fond de ce puits.
Perdu dans cet univers frileux,
Happé par ton vide, comme désert de vie.
Figé l’amour, pour toujours disparue,
Et sans toi obscure complot
Je me rejoue sans cesse
Cette scène, atroce punition,
Dans les profondeurs de la vie
Ton manque, comme une blessure,
Le temps cicatrise la privation
Notre passé habite mon présent.
Ton miroir désormais sans visage
Tu étais histoires, comme un grand livre,
Tirée juste pour moi, fatale obsession.
Et toutes tes pages, comme pour jamais écrites
Jauniront sur les étagères de ma mémoire.
Tu avais voulu y poser le mot fin.

G.B.

A Danièle.

bbbbbbbbbbbbbbbbbb0101

 

Tu m’as aimé, et l’as avoué l’espace d’une soirée,

Tu avais bu, je ne peux l’ignorer, mais ça ne peut tout expliquer.

Et ta sincérité pourquoi te la reprocher.

Ivre tu as glissé, comme le bateau tu t’es laissé emporter

Par le flot de tes tumultueuses pensées.

Ce reproche de n’avoir pas craqué ;

Mais tu étais tempête et j’aurais pu flancher.

Pourtant j’étais trop bien arrimé,

Je t’avais peut-être trop pratiqué.

J’aurais été ta bouée pour un soir,

Tu sais, ce quelque chose auquel tu cherches à t’accrocher,

Ou ce phare a la fois mirador et point de mire.

Tu dis non, tu refuses et puis rejettes tout.

Tu balances sur la houle et, marine préfères grise mine.

Tu sais pourtant être brillante, miroiter sous la lune,

Rêver à l’assaut de fugitives dunes,

Allumer tes feux de détresse, et malheur à qui peut les capter.

A moins que de toi-même tu ailles à l’abordage

Précipitant tes victimes sur des récifs, dans un abîme insondable.

Marée lunatique qui brise ses flots,

Rocs coraux rocs, rien n arrêtes ton éternel balancement.

Tu tourbillonnes rageuse et repars, alanguie

Ou tu roules inonder quelques landes arides

Brutale tu nous suffoques, ou câline à nos pieds

Sans cesse  recommence une nouvelle virée.

Et si petit bouchon tu fais mine de couler,

Tu repars, ballottée, Si l’on rêve de te voir happée,

tu resurgis toujours, bien balancée.

Alors on fuit, car on vacille, vertige ;

Pourtant si hypnotisé on s’entête

Nos yeux se brouillent, on croit que tout s’arrête.

Et si simple curieux on espère ce moment

Qui te fera chavirer, et te verras enfin noyée.

Tu es mer et vagues, et moi poisson ;

Et si des fois tu me submerges,

N’oublie pas que je suis dans mon élément comme toi,

Tu es ce qui me fait vivre, je justifie ton état, on ne peut y échapper.

Alors écoutes moi gober tes tourments et puis m’en contenter.

N’ai aucune colère, ni trouble, gardes ta fraîcheur, ta transparence,

Continue à nourrir ce plancton qui te permet de te régénérer ;

Et ne t’inquiètes pas pour ces rochers puisque tu les rendras sables.

 

Paris le 18 février 1986.

A Danielle,  mon amour

Le sein des seins !

Ô sein d’esprit.

J’ai fait un rêve, madame,
Ou vous m’émerveillez de vos rondeurs,
Elles étaient arborées sagement,
Ce corps, votre physique mérite une attention extrême.
Et, portés dignement, certains de vos attributs.
Nobles et fières, prédisposé, imposent.
Petits, ils narguent honorablement, le regard du céans.
Subtilement offert, et sans ostentation.
Ils pointent alors leur dard, émoustillé, et nous font fête,
Tout en nous tenant tête.
Toujours prêt à l’ouvrage ; Ils attendent de se rebeller.
Caressant, ils se laissent pétrir,
Ces mamelons généreux, comme offrande en bouche.
Si d’autres prodiguent, se dressent fièrement.
Pointant et portant toujours droit devant.
Se jettent aux yeux du monde.
Si plus lourd ils tombent, et semblent narguer vos chaussures.
Un soutint leur offrira, tels des balcons de choix.
Les offrant divin, comme dans un écrin.
E t si pour les matrones jouissivement offertes.
Comme balles rebondissent, et se laissent attendrir.
Et merveille, ces médailles, comme bouclier.
Offrande, fruit de la passion, ou délice de mangues.
Et si au sein des seins ; Vous méritez de vous afficher,
La liberté vous sied, sachez en profiter.
Et si par coquetterie, ou par esprit malin.
Vous vous libérez et pointez, dignement.
Vous êtes les héros de cette féminité.
Et le supplice de notre curiosité.
Allez laisser nous combler, tendre gourmandise,
Et nous ravir un peu de votre inimité.

G.B.

Coucou, me revoilà !

Alors, ça bouge, je crée, je découvre, j’invente, je peaufine.

De sites en site, de lieux en espaces, tel la taupe, souterraine, je creuse, je fouille, j’évacue.

Petit scribouillard, je joue, avec les mots, comme avec mes lieux.

Je veux, paraître comme ces livres qui s’affichent en vitrine des librairies, toujours en quête de lecteur.

En plus je ne prétends pas me vendre, je me donne.

Je vous offre, un autre regard, sorti des sentiers battus, de nos média-crotte ; Distilleur d’ennui.

Aussi, courageux lecteurs, merci, et bravo de m’accompagner, de m’encourager, de me soutenir..

A suivre, à vous revoir.

G.B.